Atelier des doctorants au Lacth, 7 mai 2014

 Atelier des doctorants / Séminaire doctoral 2013-2014

Tracer la recherche en architecture et paysage

Date : Mercredi 7 mai 2014 14h00-18h30

Lieu : salle Jean Challet (1er étage)

Organisation, conception : Catherine GROUT et Mathilde CHRISTMANN

Artiste invitée : Claire MALRIEUX

Cette cinquième séance du séminaire doctoral prend la forme d’un atelier de réflexion et d’échange adressé en premier lieu aux doctorants du LACTH, et ouvert à l’ensemble des chercheurs du laboratoire et des étudiants de l’ENSAPL ainsi qu’à toute personne concernée par la thématique abordée.

Nous réfléchirons à la question de la production de représentations, par le chercheur, au sein du processus de réflexion mené dans la recherche en architecture et paysage. Les doctorant(e)s en école d’architecture et de paysage ont souvent également (eu) une pratique qui les a familiarisé(e)s avec des modes graphiques différents du texte. Nous nous poserons la question de la mobilisation de ces outils au sein du travail de recherche.

Ainsi, chaque doctorant(e) et chaque participant(e) qui le souhaite est invité(e) à exposer des « images de pensée » qu’il/elle construit au fil de ses interrogations de chercheur/e à différentes étapes de sa réflexion — il peut s’agir de schémas, plans, cartes, diagrammes, tableaux, dessins, carnets de note, photographies, films, etc. – afin de constituer la matière de notre questionnement commun.

Organisation de la séance :

 PrésentationCatherine Grout, professeure, chercheure au LACTH

La première séance de cet Atelier des doctorants conçue par Mathilde Christmann pose plusieurs enjeux passionnants au sein de la recherche. A partir de la mobilisation des outils de représentation et des outils de réflexion, nous aborderons ainsi l’association fertile et nécessaire entre l’inventivité, ce qui arrive de manière latérale, la réflexivité ainsi que diverses modalités de mise en langage.

Introduction : « Graphies protéiformes de la recherche »Mathilde Christmann, doctorante au Lacth

L’introduction présentera différentes initiatives faisant place à la visibilité du processus de réflexion et de construction menant à l’écriture – et parfois l’accompagnant – qui témoignent de « la recherche en train de se faire ». De la simple note sur un coin de carnet au tableau le plus élaboré, du dessin d’observation à la construction savante de cartes, structurer sa pensée pour clarifier l’écriture s’exprime sous différentes formes graphiques et témoigne de la diversité des outils mobilisables pour le chercheur. Que la représentation ait valeur d’enregistrement, de mémorisation, de témoignage, d’organisation de la pensée ou de mise en œuvre d’un procédé, elle est bien souvent une face « cachée » de la recherche, un outil prenant une part active dans le travail d’écriture, mais qui n’est pas toujours valorisé.

Les initiatives comme le projet « Dess(e)ins » porté par l’association Les Traces Habiles, ou la mise en place par le Cléo des « Carnets de chercheurs » s’appliquent à rendre compte de ce processus qui trans/forme l’écriture et ouvrent des perspectives intéressantes pour une réflexion méthodologique.

Le travail de thèse peut-il témoigner de ce processus qui conduit à la maturité d’une réflexion ? Comment l’écriture se nourrit-elle des formes graphiques qui accompagnent le processus de réflexion ?

Présentation par Claire MALRIEUX de ses axes de travail et de réflexion

Ancienne élève de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts (Sculpture), Claire Malrieux fonde, entre 2000 et 2006, le collectif et les éditions Mix, tout en poursuivant une pratique artistique personnelle dans laquelle elle interroge le potentiel narratif de la sculpture. En 2010, elle poursuit sa formation à L’ENSCI-les ateliers où elle oriente sa production vers l’utilisation des nouveaux modes de conception et de production industriels. Mêlant nouvelles technologies, Histoire et fiction, le travail de Claire Malrieux se situe à la frontière de l’Art et de la Recherche. En 2012, elle initie « L’Atlas du temps présent », un projet graphique dans lequel elle continue d’explorer les formes narratives en associant le dessin à des processus de génération de forme.

Son regard de plasticienne viendra enrichir notre discussion commune en questionnant la diversité des pratiques graphiques dans le processus de réflexion et de construction d’une recherche.

Présentations individuelles des productions des doctorants

Mise en commun des productions et discussion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *