Douter…

« Celui qui marche vers l’arrière, il avance, puisqu’il marche,

Bien qu’il n’avance pas, puisque vers l’arrière il marche,

Et de celui aussi qui cherche, bien qu’il n’arrive à rien,

Les mots peuvent dire encor qu’il a trouvé ce qui défaut.

Ce paradoxe de l’avoir, qui n’est de rien

Pour le sens au monde de toutes les choses qu’il masque,

Est cependant vrai de la substance de la pensée pure

Et porte ainsi un sens en n’ayant rien pour sens.

Car de ne penser rien donne existence au rien,

Comme ne pas donner, qui fait d’un refus un acte,

Et, pour le même esprit aux réflexions incorrompues, se tromper

C’est trouver le vrai, même si c’est par son contraire.

Ainsi pourquoi nommer trompeur ce monde, si pour être le faux

Est déjà quelque chose au vrai, et qu’être quelque chose, c’est Etre ? »

 

Fernando Pessoa, 35 Sonnets, XXXIII

Traduction Olivier Amiel, in Le Violon enchanté, Christian Bourgois éditeur, 1992, p.331

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *