Séminaire doctoral du Lacth – 25 février 2015

« Spatialités et milieu »

ENSAP Lille, salle Jean Challet

10h-13h

Domaine Conception et séance conjointe avec le CEAC, séance organisée par Anne Boissière et Catherine Grout.

Cette 6ème séance commune au Lacth et au CEAC (Centre d’étude des Arts Contemporains de Lille 3) portant sur la notion de spatialité sera consacrée à une approche du milieu par différentes interprétations de la spatialité ainsi qu’à des modalités de transmission.

 

Introduction : « La question du milieu depuis la spatialité straussienne », Catherine GROUT, professeure à l’ens{ap}Lille, chercheure au Lacth

Nous interrogerons la notion de milieu dans l’ouvrage d’Erwin Straus Du Sens des sens en envisageant sa relation avec la spatialité (comment un certain sujet s’éprouve dans et avec son monde). Cela nous amènera à envisager la notion de monde ou de monde environnant, de vivre ensemble et d’être-relié.

« Spatialité et milieu ? », Marie-Pierre LASSUS, musicologue, enseignant-chercheur à l’université de Lille 3 où elle dirige la spécialité « arts et existence » dans le master Arts.
Nous interrogerons les notions de « spatialité » (ou « sens de l’espace » dans une certaine culture selon la triple acception du mot « sens »: orientation, sensation et signification) ) et de « milieu » (en tant que la relation des humains à leur environnement) comme l’entend la mésologie (science ou étude des milieux humains) en nous appuyant sur notre expérience de musicienne au Jeu d’Orchestre et sur le travail d’écoute mené depuis dix ans avec le théâtre des Sens de Barcelone.

« La partition entre cartographie et chorégraphie, ou l’expérience tracée », Mathilde CHRISTMANN, doctorante (5ème année) au Lacth
Cette séance de séminaire sera l’occasion pour moi de revenir sur une expérience importante dans mon parcours de doctorante : l’écriture d’un article en binôme, menée depuis un an avec Elise Olmedo, dont la thèse de doctorat en géographie porte sur les cartes sensibles. La mise en commun de nos documents de nature cartographique et partitionnelle, ainsi que le croisement opéré entre les artistes que chacune investit dans son travail de doctorat, nous a conduit à articuler un questionnement commun autour de ces dispositifs graphiques, portant sur les modalités d’inscription de l’expérience corpo-spatio-temporelle et leur capacité à se faire médiatrices d’un rapport sensible au monde.

Je reviendrai à la fois sur le processus d’écriture à deux, ses difficultés comme sa capacité de stimulation de la pensée, ainsi que sur le développement théorique qui a vu le jour au fil du temps et a su remettre en chantier certains de mes questionnements sur la partition.

Au regard de ce travail et pour le poursuivre, je mettrai nos résultats en résonance avec les réflexions du philosophe pragmatiste américain John Dewey (1859-1952) dans L’art comme expérience (1934).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *