La partition entre cartographie et chorégraphie, ou l’expérience tracée

Je suis intervenue en février 2015 dans le cadre du séminaire doctoral organisé par Catherine Grout au Lacth, ayant pour thématique « Spatialité et milieu ». 

Cette séance de séminaire a été l’occasion pour moi de revenir sur une expérience importante dans mon parcours de doctorante : l’écriture d’un article en binôme, menée depuis un an avec Elise Olmedo, dont la thèse de doctorat en géographie porte sur les cartes sensibles. La mise en commun de nos documents de nature cartographique et partitionnelle, ainsi que le croisement opéré entre les artistes que chacune investit dans son travail de doctorat, nous a conduit à articuler un questionnement commun autour de ces dispositifs graphiques, portant sur les modalités d’inscription de l’expérience corpo-spatio-temporelle et leur capacité à se faire médiatrices d’un rapport sensible au monde.

Je propose dans ce texte de revenir à la fois sur le processus d’écriture à deux, ses difficultés comme sa capacité de stimulation de la pensée, ainsi que sur le développement théorique qui a vu le jour au fil du temps et a su remettre en chantier certains de mes questionnements sur la partition.

Au regard de ce travail et pour le poursuivre, je mettrai nos résultats en résonance avec les réflexions du philosophe pragmatiste américain John Dewey (1859-1952) dans L’art comme expérience (1934).

 

L’article « Rencontres entre cartographies et partitions : la figuration de l’expérience »[1] s’inscrit dans la continuité de ma rencontre avec Elise Olmedo lors du séminaire 2012 du Ciera (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne) intitulé « Mondes sensibles ».

Elise Olmedo avait alors présenté son travail sur la « cartographie des perceptions » qui l’avait mené à fabriquer une carte sensible en textile, relative à la spatialité vécue d’une personne – une carte à caractère subjectif donc. Outre qu’il explorait la dimension sensorielle de l’espace, ce travail présentait une recherche en géographie sous forme d’objet, avec une mise en forme appelant à la manipulation[2]. L’entremêlement de l’expérience du sujet – cette personne dans ses trajets quotidiens – avec l’expérience de la chercheuse – qui produit véritablement un objet manipulable – rejoint mes questionnements sur les formes d’expérience, et c’est assez naturellement que nous avons pensé à travailler ensemble.

L’occasion s’est présentée en 2014 dans le cadre de la publication d’un article dans l’ouvrage Opérations cartographiques dirigé par Jean-Marc Besse et Gilles A. Tiberghien. Nous avons proposé un article en binôme s’inscrivant dans l’axe « corps » ; celui-ci s’intéresserait à la mise en œuvre de procédés de notations singuliers ou spécifiques cherchant à rendre compte d’un espace-temps – davantage que du seul espace comme il est d’usage en cartographie – dans une relation particulière à une individualité sentante. Nous situant aux limites de la cartographie, dans son dialogue avec la forme partitionnelle, nous souhaitions questionner ces dispositifs dans leur façon de déplacer le savoir géographique.

Nous étudions dans cet article les passages, variations, liens et relations entre les modalités graphiques et conceptuelles de la partition et celles de la cartographie. Le croisement de nos corpus iconographiques respectifs – les cartes sensibles contemporaines pour Elise, et les partitions spatio-temporelles pour moi – permet de montrer en quoi ces modalités d’écriture sont porteuses d’une spatialité ancrée et expérientielle.

D’une part, la sélection de ces documents, qui sont tous tracés à la main, allient mots et tracés graphiques (j’entends ici les lignes, points, traits, couleurs etc… qui n’inscrivent pas un alphabet) pour faire état d’un lieu situé géographiquement et éprouvé par un appareil perceptif.

D’autre part, l’ensemble de ces documents met en exergue le tracé d’un itinéraire ou d’un parcours. Cette présence est liée à une perception chorégraphique des lieux, dans le sens où ceux-ci sont appréhendés par le corps en mouvement et non par le seul regard. L’idée du « chorégraphique » comme impulsion au tracement préside à la réalisation de l’ensemble de ces cartes et partitions qui toutes, témoignent d’une spatio-temporalité ancrée dans le corps de l’individu. L’itinéraire agit alors comme la manifestation de ce tracé chorégraphique, processus permettant d’inscrire les déplacements du corps dans un espace-temps davantage que l’espace lui-même.

 

C’est donc l’exploration d’une géographie ancrée dans le corps et la pratique qui est privilégiée comme angle d’approche pour cet article. La rencontre entre les deux médiums partitionnels et cartographiques permet d’observer les lieux d’inscription du sensible et des expériences dans nos environnements.

Nous avons donc fait en sorte de considérer nos objets d’étude respectifs comme des lieux ouverts, poreux, pour que de leur rencontre naisse une alchimie questionnant la figuration de l’expérience sous un angle particulier. Laurence Louppe et Gilles Deleuze résument très bien cette malléabilité des objets partitionnels et cartographiques.

Laurence Louppe écrit que « la partition n’a pas de bords. Elle est extensive au point que tout événement concomitant ou non, lointain ou proche, visible ou invisible, l’affecte et la ré-oriente à chaque instant. (…) Les partitions sont partout. Elles peuvent revêtir une infinité de formes et de nature. »[3]

Selon Gilles Deleuze, « la carte est ouverte, elle est connectable dans ses dimensions, démontable, renversable, susceptible de recevoir constamment des modifications. Elle peut être déchirée, renversée, s’adapter à des montages de toute nature, être mise en chantier par un individu, un groupe, une formation sociale. On peut la dessiner sur un mur, la concevoir comme une œuvre d’art, la construire comme une action politique ou comme une méditation. »[4]

Ces regards ouverts conduisent à considérer chaque carte et chaque partition explorée comme un dispositif singulier, laissant volontairement de côté les « systèmes » que peuvent également être les cartes ou les partitions.

 

Nous mettons en avant dans cet article la spécificité du statut de l’expérience dans ces documents. Par la consignation de traces à partir d’un parcours vécu et l’invitation à l’action pour offrir à d’autres la possibilité d’expérimenter le parcours, les dispositifs graphiques invitent le « lecteur » à se mettre en action, usant de modalités d’adresse particulières qui sont exploités graphiquement et verbalement.

Les cartes et les partitions choisies pour l’article concernent les pratiques de l’artiste-marcheur Mathias Poisson[5] et du paysagiste américain Lawrence Halprin (1916-2009), deux figures importantes dans nos parcours de thèse respectifs. Ces deux artistes sont proches dans leurs préoccupations mais relativement singuliers dans leurs explorations respectives et dans l’invention de leurs outils « carto-partitionnels ». Tous deux s’intéressent à la façon dont peuvent être tracées et partagées et dimensions sensibles des relations entre les individus et leurs environnements. Ces tracés que nous pouvons dire « micro-géographiques » sont destinés au jeu multiple et sans cesse renouvelé des interprètes qui mes mettront en acte en parcourant à leur tour les espaces graphiés.

 

Je vais ré-étudier aujourd’hui les documents que nous proposons dans cet article sous un angle légèrement nouveau, en les regardant par le prisme des théories du philosophe pragmatiste américain John Dewey (1859-1952). Dewey a publié L’art comme expérience en anglais en 1934[6]. Son étude esthétique permet d’envisager les liens entre art et vie, entre pratique et théorie, entre expérience artistique et quotidien, étudiant ces passages de façon fluide et non dualiste afin de montrer comment l’expérience artistique et esthétique est reliée à l’expérience qu’il appelle « directe ».

Les points de vue du philosophe me permettront de relier certains de nos documents pour caractériser plus précisément « l’expérience », ou plutôt la « forme d’expérience » – l’expérience est donc vue de manière multiple et diverse – qui serait en jeu au cours de l’invention de ces outils graphiques toujours différents.

 

La première série de documents que j’ai repérée – la carte Quartier de peines de Mathias Poisson (2003) et les croquis colorisés du Sea Ranch de Lawrence Halprin (1981) – propose au lecteur une collecte de traces issues du parcours de leur auteur, et soigneusement organisées sous forme de notations. Dans ces documents se lit un lien affectif au territoire dessiné à travers la spécification d’éléments liés au vécu, la nomination des lieux, ou bien les légendes qui amplifient le rendu sensible des lieux, témoignant par la graphie d’une interaction organique entre le lieu lui-même et l’être vivant qu’est l’auteur qui s’est imprégné de ce lieu.

L’expérience notée dans ces documents serait donc profondément subjective, notant une appropriation sensible d’un espace vécu au quotidien. Les dispositifs graphiques créés ici travaillent les relations intimes entre l’expérience ordinaire, quotidienne, et nos environnements ; en traçant ces lieux, les auteurs se rendent conscients de ces relations et partagent avec leur lecteur leur propre interprétation des dimensions sensibles à l’œuvre dans leur relation aux environnements.

Me rapprochant de Dewey, j’avancerais ici que l’expérience tracée est ce qu’il appelle l’expérience « directe » qui, je cite, « provient des interactions entre l’homme et la nature ». Dewey écrit encore :

« l’existence se déroule dans un environnement ; pas seulement dans cet environnement, mais aussi à cause de lui, par le biais de ses interactions avec lui. […] La vie et le destin d’un être vivant sont liés à ses échanges avec son environnement, des échanges qui ne sont pas externes mais très intimes. L’ordre n’est pas imposé de l’extérieur mais est fait des relations entre les interactions harmonieuses que les énergies établissent entre elles. […]

L’expérience, lorsqu’elle atteint le degré auquel elle est véritablement expérience, est une forme de vitalité plus intense. Au lieu de signifier l’enfermement dans nos propres sentiments et sensations, elle signifie un commerce actif et alerte avec le monde. À son plus haut degré, [l’expérience] est synonyme d’interpénétration totale du soi avec le monde des objets et des événements. Au lieu de signifier l’abandon au caprice et au désordre, elle fournit l’unique manifestation d’une stabilité qui n’est pas stagnation mais mouvement rythmé et évolution. »

Le deux environnements dessinés par Mathias Poisson et Lawrence Halprin essaient effectivement de capter ce cadre si spécifique de l’expérience fait de « relations intimes », d’ « énergies », d’ « interactions » et « d’interpénétration du soi avec le monde des objets et des évènements ». Ils cherchent à rendre compte par le tracement de l’expérience directe qu’ils ont eu avec cet environnement.

 

La seconde série de documents que j’ai rapprochée concerne la collecte et l’organisation de traces dans des notations mais ayant pour but cette fois de mettre en place un parcours sensible donné dans un lieu caractérisé. Ces documents – la carte des Promenades Blanches à Versailles de Mathias Poisson (2008-2013) et les Motation Scores for FDR Memorial de Lawrence Halprin (1975) – sont élaborés dans le cadre de projets artistiques (promenade et projet paysager) ; en tant qu’esquisses, recherches graphiques, ils reflètent un moment de réflexion dans le processus dynamique de construction qu’est le projet. Ces documents ont donc un caractère fragmentaire, personnel, et parfois même obscur pour le lecteur. Ils contiennent beaucoup d’implicite car ils sont tracés avec les souvenirs de ces lieux parcourus qui ont fourni autant d’expériences sensorielles, sensibles et kinesthésiques. Pour reconstruire les spatialités d’un lieu, les auteurs choisissent de délimiter un cadre environnemental pour le cheminement du corps.

L’expérience tracée travaille la façon dont les sens vont être stimulés au cours d’un parcours spécifique ; ils organisent une perception sensorielle qui sera activée dans l’action du cheminement du corps au contact de chacun des environnements.

Dewey explique que la perception sensorielle s’adresse à l’action autant qu’à l’intellect :

« Les sens sont les organes à travers lesquels la créature vivante participe directement à ce qui se passe dans le monde qui l’entoure. Par cette participation, le spectacle splendide et varié du monde devient pour l’être vivant une réalité par les qualités qu’il en perçoit.

Cette perception de la réalité ne peut être opposée à l’action, car ce dispositif moteur et la ‘’volonté’’ elle-même sont les moyens qui permettent la poursuite et l’orientation de cette participation. Cette perception ne peut pas non plus être opposée à l’ ‘’intellect’’, car c’est l’esprit qui permet de rendre cette participation profitable par le biais des sens ; c’est par l’esprit que des significations et des valeurs sont extraites, conservées et réutilisées par la suite dans les échanges entre la créature vivante et son environnement. […]

L’expérience est le résultat, le signe et la récompense de cette interaction entre l’organisme et l’environnement qui, lorsqu’elle est menée à son terme, est une transformation de l’interaction en participation et en communication. »

Dans les cartes et partitions tracées par Mathias Poisson et Lawrence Halprin, les perceptions sensibles sont travaillées en s’adressant d’une part à l’action (le parcours) en enjoignant à la participation – le parcours tracé est créé pour être parcouru par d’autres que leur auteur – et d’autre part à l’intellect (la lecture) en créant un moyen et un outil de communication.

Par ce dispositif, elles convoquent donc une expérience sensible qui n’est pas uniquement de l’ordre de l’intime ou du soi. Ce qui peut apparaître comme étant de l’ordre d’une traduction d’expériences vécues – comme nous l’avons vu pour l’expérience contenue dans les premiers documents – est transformée ici en impulsion à créer des expériences.

 

La troisième série rapprochant nos documents fait état de cartes et partitions dans lesquels la création d’itinéraires d’exploration est clairement établie à destination d’interprètes, de performers – au sens d’exécutants de cette carte, puisqu’ils vont être amenés la lire comme à l’exécuter en parcourant physiquement l’environnement graphié. La City Map de Lawrence Halprin (1968) propose un parcours dans la ville de San Francisco ; Entre les dalles de Mathias Poisson (2009) s’intéresse au cheminement à travers le quartier du Vieux-Colombier à Marseille. L’activation des lieux est contenue dans le dispositif d’écriture, ce qui en fait des cartes à valeur performative, celle-ci étant véhiculée par un certain nombre de choix : l’itinéraire imposé du parcours notamment, avec des indications géographiques claires, la légende qui permet une autre forme de circulation à la lecture de la carte, un certain nombre d’exhortations à la perception de caractères sensibles spécifiques, et toujours la connaissance préalable du site, dont l’immersion a permis de constituer les traces perçues en notations graphiques données à d’autres.

L’expérience tracée ici est donc dans une certaine mesure « finalisée », complète. Espace, temps et activité sont mis en relation, de telle sorte qu’un cadre d’activation soit donné à lire et à performer. C’est dans la forme donnée à la carte et à la partition que se cristallise une expérience particulière, axée sur l’expérimentation d’un lieu.

Le fait que l’expérience puisse être mise en forme est particulièrement bien explicité par Dewey dans L’art comme expérience. Il écrit :

« (…) la forme ne se rencontre pas exclusivement dans les objets catalogués comme des œuvres d’art. (…) La forme est la propriété qui caractérise toute expérience comme une expérience. L’art au sens spécifique instaure de façon plus plénière et délibérée les conditions qui rendent cette expérience effective. On peut alors définir la forme comme l’opération des forces qui confèrent à l’expérience d’un événement, d’un objet, d’une scène ou d’une situation son plein aboutissement. La connexion de la forme avec la substance est ainsi inhérente à l’expérience, sans lui être imposée du dehors. […]

C’est cela, avoir une forme. Une façon d’envisager, de sentir et de présenter le matériau de l’expérience de telle manière qu’il devienne le plus facilement et le plus efficacement le matériau de construction d’une expérience adéquate pour ceux qui n’ont pas les dons du créateur original. On ne peut donc tracer aucune distinction, sauf dans la pensée, entre la forme et la substance. (p.193)

Ainsi, cette mise en forme de l’expérience est justement la condition permettant d’engendrer d’autres expériences à travers l’expérimentation fondant « forme et substance ». Ces cartes et partitions donnent à lire l’aboutissement d’une expérience en même temps qu’elles impulsent et mettent en mouvement d’autres expériences.

 

Dewey explique que l’expérience directe est faite de changements qui créent alternativement ordre et désordre, stabilité et instabilité par le biais de rythmes, organisés aussi bien spatialement que temporellement, « comme les vagues de la mer, les lignes dessinées dans le sable par le va-et-vient des vagues, les nuages d’un blanc floconneux ou d’un noir menaçant ».

Le geste de création qui consiste en la recherche d’une mise en forme de ces expériences directes d’interactions entre « la créature vivante » – pour reprendre les mots de Dewey – et son environnement peut être exploré par ces écritures poreuses, à mi-chemin entre cartographie et partition, entre description et prescription, figuration de l’espace et figuration du mouvement. Elles s’autorisent des circulations dues au jeu du triptyque « lecteur-auteur-performer », comme nous l’avons soutenu dans notre article, autorisant ainsi une approche à la fois créatrice, scripturale et agissante, faisant partie d’un même processus, celui-là même qui fait que l’expérience est si difficile à saisir – comment en effet saisir les rythmes dans la continuité ?

Ces documents proposent donc différentes façons de travailler avec l’expérience – telle que je l’ai définie avec Dewey – par l’invention de dispositifs graphiques (qu’ils soient cartographiques et/ou partitionnels). Il ne s’agit pas tant de traduire l’expérience ou de la rendre, que de l’inventer, de la constituer en tant que matière. En cela, Mathias Poisson et Lawrence Halprin créent bien une matière artistique qui n’est pas seulement de l’ordre du dessin ou de la représentation, mais dont le processus d’élaboration est tout entier centré sur l’invention d’une matière d’expériences.

 

Bibliographie indicative :

— Lawrence HALPRIN :

~ The RSVP Cycles. Creative Processus in the Human Environment, New York, Georges Braziller, 1969

~ Notebooks 1959-1971, avec Jim BURNS, Cambridge, Mass., MIT Press, 1972

~ Article de Gilles A. TIBERGHIEN, « Lawrence Halprin, danse et mouvement du monde », Les Carnets du paysage n°13/14, Comme une danse, Actes Sud/ENSP, 2006-2007

— Mathias POISSON :

~ Site internet de la compagnie de l’artiste : www.netable.org

~ Exposition « Graphie du déplacement », dossier en ligne sur http://poissom.free.fr/files/GraphieDuDeplacement.pdf

~ Article de Laurence CORBEL, « Paysages sensibles de Mathias Poisson : de la marche à la carte, et retour » in BUFFET L. (dir.), 2012, Itinérances : l’art en déplacement, Grenoble, De l’incidence Éditeur, p. 159-176.

— Sur le concept de trace :

Sybille KRÄMER, « Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux », Trivium, n°10/2012, article en ligne sur http://trivium.revues.org/4171

— Sur l’expérience :

John DEWEY, L’art comme expérience, traduction Jean-Pierre Cometti, Folio essais (poche), Gallimard, 2010

— Elise OLMEDO :

~ « Cartographie sensible, émotions et imaginaire », Visions cartographiques, Blog du Monde diplomatique, publié le 19 septembre 2011, article en ligne sur http://blog.mondediplo.net/2011-09-19-Cartographie-sensible-emotions-et-imaginaire

~ « Cartographier les interstices de la ville » et « Hendrik Sturm, l’infatigable marcheur-sculpteur d’espace », articles en ligne sur le site www.strabic.fr

 

Notes :

 

[1] Elise Olmedo et Mathilde Christmann, « Rencontre entre cartographies et partitions : la figuration de l’expérience », in Opérations cartographiques, dir. Jean-Marc Besse et Gilles A. Tiberghien, Actes Sud, à paraître en 2015

[2] La reproduction photographique de la carte est consultable sur le site du Monde diplomatique, à l’adresse suivante : http://blog.mondediplo.net/2011-09-19-Cartographie-sensible-emotions-et-imaginaire.

[3] Laurence LOUPPE, chapitre « Partitions », Poétique de la danse contemporaine, la suite, Bruxelles, Contredanse, 2007

[4] Gilles DELEUZE et Felix GUATTARI, Mille Plateaux : capitalisme et schizophrénie, éd. De Minuit, 1980

[5] Site internet de l’artiste à l’adresse suivante : http://netable.org

[6] John Dewey, Art as experience (1934), trad. française coordonnée par Jean-Pierre Cometti, L’art comme expérience, Gallimard, folio essais, 2010


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *