Archives par mot-clé : créativité

Graphies protéiformes de la recherche

Notre laboratoire appartient à une école d’architecture et accueille des doctorants qui sont souvent également architectes, paysagistes, ou qui ont une pratique artistique. Le passage à la recherche, à l’écriture, mobilise des outils différents de ceux que nous avons appris lors de nos études, et que certains continuent à utiliser dans une activité professionnelle active parallèlement à leurs recherches. Or dans le travail propre au projet paysagiste, architectural, et plus généralement artistique, les idées prennent vie notamment dans/à travers différentes formes graphiques – le plan, le croquis, l’esquisse, la vue aérienne, la photographie, etc.

Lors des Rencontres doctorales en architecture (en septembre dernier, au cours d’une session plénière), une jeune doctorante en architecture à Paris-Belleville (l’école organisatrice) a exprimé avec beaucoup de conviction la difficulté de passer d’une pratique du projet d’architecture à celle de la recherche en architecture ; selon elle, et pour beaucoup de ses camarades, il y avait une légère amertume chez le doctorant en architecture à « quitter » les outils du projet – et donc un savoir graphique et des méthodes particulières – pour s’emparer d’outils théoriques – qui, eux, mobilisent la langue à travers l’écriture (et de surcroît une langue très codifiée par les nécessités de l’argumentation).

En fait, nous ne « quittons » jamais vraiment ces outils graphiques et leur connaissance nous est plus qu’utile ; très souvent en effet, le corpus mobilisé dans nos objets de recherche est riche de ses productions graphiques et/ou artistiques, jusqu’à parfois faire le sel du sujet – je pense aux films de Le Corbusier qu’étudie Véronique Boone.

Plutôt que de faire ce constat amer d’un « abandon », je me suis demandée si nos méthodes d’écriture étaient « héritières » de ce savoir-faire, si nous les mobilisions, d’une façon ou d’une autre, pour expérimenter en tant que chercheurs, et non architectes ou paysagistes, pour construire un savoir.1

Au départ de cette proposition de journée commune, il y a donc cette question : est-ce qu’il ne reste pas trace de ces savoir-faire graphique (qui font dialoguer fond et forme de manière particulière) dans nos méthodes de chercheur(e)s, dans notre façon d’écrire, dans l’investigation de nos corpus protéiformes que les disciplines de l’architecture et du paysage nous permettent justement d’ériger en « objets théoriques » ?

Pour introduire cette question de la « mise en forme » de la pensée, j’ai proposé en introduction une navigation dans les formes graphiques de la recherche, en espérant que tout cela nous donne envie d’expérimenter. Le mot protéiforme signifie : « qui peut prendre les formes les plus variées, qui se présente sous des aspects très divers ». Ce sont donc les formes qui se situent « autour » du texte que nous allons regarder de près.  Continuer la lecture de Graphies protéiformes de la recherche

  1. 1 J’emprunte ces notions de « savoir » et « savoir-faire » à Yannis Tsiomis, qui voit dans leur articulation la tension productive de la recherche (introduction aux Rencontres doctorales en architecture, septembre 2013, Paris-Belleville. []

La traduction en question : visibilité du processus d’écriture

Ce premier billet – premier essai d’une écriture qui part à la recherche de ses modalités spécifiques de présence « en ligne » – est un retour critique sur la première séance du séminaire « Traduction et dialogue des cultures » organisée le 14 février 2014 par le laboratoire Cecille pour l’école doctorale SHS à laquelle appartient mon laboratoire de recherche en architecture. Cette première journée portait sur la question de la création au travail dans l’activité de traduction – elle sera suivie par deux journées en mars et mai, consacrées aux théories du langage et à la réception des traductions littéraires.

La traduction, et avec elle la science de la traductologie sont, comme je le pressentais, riches de propos et de pratiques inventives permettant de saisir certaines substances et matérialités d’un texte pour les transposer dans d’autres sphères langagières. En cela, elles rejoignent plusieurs de mes questionnements sur la partition, qui est également, entre autres, une forme de langage écrit. Deux interventions travaillant la visibilité des processus de création et d’interprétation seront particulièrement développées ici, après un résumé des présentations, toutes très intéressantes, auxquelles j’ai assisté au cours de ce séminaire.

Le débat fidélité/création, une mise en tension de la créativité

Comme l’a expliqué Spiros Macris, premier intervenant de la journée, la question de la création en traduction a longtemps été éludée au profit de celle de « fidélité » : une bonne traduction se devait d’être le plus fidèle possible au texte source d’un point de vue linguistique. Le tournant culturel en traductologie apparu dans les années 1970 a quant à lui déplacé la question en termes systémiques : il s’agissait de repenser la traduction dans un cadre plus large, lié à un ancrage politique et critique dans la société. La traductologie a alors pu développer son propre espace, et c’est à l’ombre de ces variations que se pose aujourd’hui la possibilité d’envisager la traduction comme une activité créatrice1. Encore faut-il s’entendre sur ce que signifie cette activité singulière. Continuer la lecture de La traduction en question : visibilité du processus d’écriture