Archives par mot-clé : dessin

Le compte-rendu de la séance des doctorants du Lacth consacrée au processus de recherche en architecture et paysage est en ligne sur le site du Lacth. Vous le trouverez à l’adresse suivante : http://www.lille.archi.fr/ressources/20586/70/2014mai07_semdoctorallacth_cr.pdf

D’autres compte-rendus des séances de séminaire doctoral sont en ligne sur le site du Lacth, à l’adresse suivante : http://www.lille.archi.fr/seminaire-doctoral__index–2036459.htm

Graphies protéiformes de la recherche

Notre laboratoire appartient à une école d’architecture et accueille des doctorants qui sont souvent également architectes, paysagistes, ou qui ont une pratique artistique. Le passage à la recherche, à l’écriture, mobilise des outils différents de ceux que nous avons appris lors de nos études, et que certains continuent à utiliser dans une activité professionnelle active parallèlement à leurs recherches. Or dans le travail propre au projet paysagiste, architectural, et plus généralement artistique, les idées prennent vie notamment dans/à travers différentes formes graphiques – le plan, le croquis, l’esquisse, la vue aérienne, la photographie, etc.

Lors des Rencontres doctorales en architecture (en septembre dernier, au cours d’une session plénière), une jeune doctorante en architecture à Paris-Belleville (l’école organisatrice) a exprimé avec beaucoup de conviction la difficulté de passer d’une pratique du projet d’architecture à celle de la recherche en architecture ; selon elle, et pour beaucoup de ses camarades, il y avait une légère amertume chez le doctorant en architecture à « quitter » les outils du projet – et donc un savoir graphique et des méthodes particulières – pour s’emparer d’outils théoriques – qui, eux, mobilisent la langue à travers l’écriture (et de surcroît une langue très codifiée par les nécessités de l’argumentation).

En fait, nous ne « quittons » jamais vraiment ces outils graphiques et leur connaissance nous est plus qu’utile ; très souvent en effet, le corpus mobilisé dans nos objets de recherche est riche de ses productions graphiques et/ou artistiques, jusqu’à parfois faire le sel du sujet – je pense aux films de Le Corbusier qu’étudie Véronique Boone.

Plutôt que de faire ce constat amer d’un « abandon », je me suis demandée si nos méthodes d’écriture étaient « héritières » de ce savoir-faire, si nous les mobilisions, d’une façon ou d’une autre, pour expérimenter en tant que chercheurs, et non architectes ou paysagistes, pour construire un savoir.1

Au départ de cette proposition de journée commune, il y a donc cette question : est-ce qu’il ne reste pas trace de ces savoir-faire graphique (qui font dialoguer fond et forme de manière particulière) dans nos méthodes de chercheur(e)s, dans notre façon d’écrire, dans l’investigation de nos corpus protéiformes que les disciplines de l’architecture et du paysage nous permettent justement d’ériger en « objets théoriques » ?

Pour introduire cette question de la « mise en forme » de la pensée, j’ai proposé en introduction une navigation dans les formes graphiques de la recherche, en espérant que tout cela nous donne envie d’expérimenter. Le mot protéiforme signifie : « qui peut prendre les formes les plus variées, qui se présente sous des aspects très divers ». Ce sont donc les formes qui se situent « autour » du texte que nous allons regarder de près.  Continuer la lecture de Graphies protéiformes de la recherche

  1. 1 J’emprunte ces notions de « savoir » et « savoir-faire » à Yannis Tsiomis, qui voit dans leur articulation la tension productive de la recherche (introduction aux Rencontres doctorales en architecture, septembre 2013, Paris-Belleville. []