Archives par mot-clé : partition

L’étude de la « Walking Score Wheel » à l’épreuve de la performativité

Dans le cadre de ma communication au séminaire doctoral du Lacth le 5 mars 2014, j’ai présenté une analyse de l’une des partitions (score) développée par Lawrence Halprin en 1974. Lawrence Halprin est un paysagiste américain, né en 1916 et mort en 2009. Il tient une place très importante dans mon travail de thèse, car il a développé des années durant, à partir de 1959, la notion et la production de scores dans le cadre du projet – en paysage, mais aussi en danse, et pour de nombreux workshops basés sur l’exploration sensible de nos environnements. Ces scores sont un moyen d’inscrire à la fois les dimensions spatiales, temporelles et humaines  dans des représentations graphiques inventives et sans cesse renouvelées.

Cette analyse emprunte au concept de « performativité », que je définis comme étant le moyen par lequel le paysagiste fait de son outil de conception un support à la communication et aux différentes interprétations, produisant une écriture « performative » à partir d’une démarche « intégrative ».

Graphier le parcours

Alors que le parcours du corps à travers l’espace est vécu, expérimenté de façon sensible, physique et rythmique par le corps et les sens, l’écriture d’un parcours suppose de se saisir de « quelque(s) chose(s) » de cette expérience qui peut être « graphié ». Il s’opère forcément dans ce passage un changement de dimensions, entre la bidimensionnalité du support d’écriture et la tridimensionnalité de l’action spatio-temporelle que constitue l’expérience du parcours.

Notons que ces deux actes peuvent interagir (puisqu’on parle de leur relation) selon des modes de temporalité différents : je peux d’abord écrire le parcours puis l’effectuer (travailler une carte et y tracer un itinéraire par exemple), je peux lier dans le même moment parcours et écriture (croquis et notes de terrain par exemple), ou/et je peux vivre l’expérience du parcours, puis l’écrire (en écrivant un roman par exemple, ou un compte-rendu). Travailler ce passage suppose toujours de circonscrire le parcours d’une manière ou d’une autre – alors que nous parcourons en fait l’espace à l’envie – et de qualifier le ou les modes d’écriture, de graphie, qui rendront au mieux ce « quelque chose » qui sera rendu du flux de l’expérience passée, présente ou à venir.

La « Walking Score Wheel » (1974), reproduite ci-dessous, donne à voir un parcours à travers la ville de Washington.

« Walking Score Wheel », Lawrence Halprin & Associates, 1974
Reproduction dans la revue « Design & Environment », Fall 1975

Continuer la lecture de L’étude de la « Walking Score Wheel » à l’épreuve de la performativité

La traduction en question : visibilité du processus d’écriture

Ce premier billet – premier essai d’une écriture qui part à la recherche de ses modalités spécifiques de présence « en ligne » – est un retour critique sur la première séance du séminaire « Traduction et dialogue des cultures » organisée le 14 février 2014 par le laboratoire Cecille pour l’école doctorale SHS à laquelle appartient mon laboratoire de recherche en architecture. Cette première journée portait sur la question de la création au travail dans l’activité de traduction – elle sera suivie par deux journées en mars et mai, consacrées aux théories du langage et à la réception des traductions littéraires.

La traduction, et avec elle la science de la traductologie sont, comme je le pressentais, riches de propos et de pratiques inventives permettant de saisir certaines substances et matérialités d’un texte pour les transposer dans d’autres sphères langagières. En cela, elles rejoignent plusieurs de mes questionnements sur la partition, qui est également, entre autres, une forme de langage écrit. Deux interventions travaillant la visibilité des processus de création et d’interprétation seront particulièrement développées ici, après un résumé des présentations, toutes très intéressantes, auxquelles j’ai assisté au cours de ce séminaire.

Le débat fidélité/création, une mise en tension de la créativité

Comme l’a expliqué Spiros Macris, premier intervenant de la journée, la question de la création en traduction a longtemps été éludée au profit de celle de « fidélité » : une bonne traduction se devait d’être le plus fidèle possible au texte source d’un point de vue linguistique. Le tournant culturel en traductologie apparu dans les années 1970 a quant à lui déplacé la question en termes systémiques : il s’agissait de repenser la traduction dans un cadre plus large, lié à un ancrage politique et critique dans la société. La traductologie a alors pu développer son propre espace, et c’est à l’ombre de ces variations que se pose aujourd’hui la possibilité d’envisager la traduction comme une activité créatrice1. Encore faut-il s’entendre sur ce que signifie cette activité singulière. Continuer la lecture de La traduction en question : visibilité du processus d’écriture